Skip to content

L'Académie de Médecine Légale

L’objectif de l’Académie de médecine légale est de réunir les partenaires de la GIJTR et les participants internationaux travaillant dans divers contextes de conflit et de post-conflit afin de promouvoir un échange d’expériences avec un large éventail de parties prenantes, y compris les experts techniques en médecine légale, les membres des familles, les procureurs et l’accompagnement juridique et psychosocial. Les partenaires de la GIJTR entreprennent une série d’activités qui visent à donner à un groupe d’activistes, d’universitaires et de professionnels les moyens de concevoir et de mettre en œuvre des enquêtes médico-légales holistiques et des programmes de soutien aux familles de disparus dans leur pays, sur la base de leur compréhension du contexte local.

Aperçu du projet

Contexte

La lutte contre les décès consécutifs à des actes illicites tels que les disparitions forcées, les massacres et les exécutions extrajudiciaires est essentielle à la reconstruction de sociétés post-conflit qui respectent l’État de droit et les droits de l’homme. Les enquêtes liées à la récupération, à l’analyse et à l’identification des restes des victimes, notamment grâce à la médecine légale, servent également à faciliter le droit des familles à la vérité et à la justice, à aider à tenir les auteurs responsables de leurs actes, à soutenir les mécanismes de vérité et à contribuer aux processus de paix et de réconciliation à long terme. Cependant, pour de nombreux pays d’Afrique, d’Asie et de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), les ressources sont limitées pour contribuer au développement de l’expertise médico-légale ou pour mener des enquêtes sur les décès consécutifs à des actes illicites de manière à répondre aux besoins des familles des victimes, sans parler de la nécessité de tenir les auteurs responsables – deux limites que ce projet cherche à pallier.

Détails du projet

L’Initiative mondiale pour la justice, la vérité et la réconciliation encourage la création d’une Académie de médecine légale multidisciplinaire qui soutient et renforce les capacités techniques des représentants des organisations de la société civile et des gouvernements dans le domaine des enquêtes médico-légales et fournit un cadre global pour soutenir et répondre aux besoins spécifiques des familles des victimes. En tenant compte des divers besoins locaux et de l’importance de fournir une formation adaptée au contexte, l’Académie de médecine légale (l’Académie) fait appel aux meilleures pratiques internationales, ancrées dans l’expérience locale des partenaires et des participants. Basée sur l’expérience guatémaltèque et s’appuyant sur les capacités médico-légales de la FAFG, partenaire de la GIJTR, développées depuis 25 ans et soutenue par l’expertise internationale de la Coalition internationale des sites de conscience et du Centre pour l’étude de la violence, l’Académie offre une plateforme d’apprentissage aux participants et aux partenaires pour partager les expériences et les meilleures pratiques sur l’utilisation de la médecine légale, du soutien psychosocial et des activités de commémoration et d’établissement de la vérité communautaires pour soutenir la recherche des familles de leurs proches disparus et contribuer à leur réparation. En outre, elle joue un rôle important dans le renforcement du partage des connaissances et des capacités locales dans les différentes régions, en particulier pour les participants des pays du Sud qui luttent contre des violations des droits de l’homme non traitées ou qui sont actuellement dans des processus de justice transitionnelle. L’Académie met également l’accent de façon intégrée sur les initiatives visant à faire respecter les droits et les besoins des victimes et de leurs familles dans les processus de recherche de la vérité et de la justice et notamment sur les enseignements tirés et les meilleures pratiques en matière d’enquêtes médico-légales dans les processus de responsabilité et de réparation. Deux promotions de l’Académie ont été constituées, l’une en 2019 et l’autre en 2020. La dernière a été organisée en ligne en raison de la pandémie de la COVID-19. Une troisième promotion entrera à l’Académie en 2021.

Contexte

La lutte contre les décès consécutifs à des actes illicites tels que les disparitions forcées, les massacres et les exécutions extrajudiciaires est essentielle à la reconstruction de sociétés post-conflit qui respectent l’État de droit et les droits de l’homme. Les enquêtes liées à la récupération, à l’analyse et à l’identification des restes des victimes, notamment grâce à la médecine légale, servent également à faciliter le droit des familles à la vérité et à la justice, à aider à tenir les auteurs responsables de leurs actes, à soutenir les mécanismes de vérité et à contribuer aux processus de paix et de réconciliation à long terme. Cependant, pour de nombreux pays d’Afrique, d’Asie et de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), les ressources sont limitées pour contribuer au développement de l’expertise médico-légale ou pour mener des enquêtes sur les décès consécutifs à des actes illicites de manière à répondre aux besoins des familles des victimes, sans parler de la nécessité de tenir les auteurs responsables – deux limites que ce projet cherche à pallier.

Détails du projet

L’Initiative mondiale pour la justice, la vérité et la réconciliation encourage la création d’une Académie de médecine légale multidisciplinaire qui soutient et renforce les capacités techniques des représentants des organisations de la société civile et des gouvernements dans le domaine des enquêtes médico-légales et fournit un cadre global pour soutenir et répondre aux besoins spécifiques des familles des victimes. En tenant compte des divers besoins locaux et de l’importance de fournir une formation adaptée au contexte, l’Académie de médecine légale (l’Académie) fait appel aux meilleures pratiques internationales, ancrées dans l’expérience locale des partenaires et des participants. Basée sur l’expérience guatémaltèque et s’appuyant sur les capacités médico-légales de la FAFG, partenaire de la GIJTR, développées depuis 25 ans et soutenue par l’expertise internationale de la Coalition internationale des sites de conscience et du Centre pour l’étude de la violence, l’Académie offre une plateforme d’apprentissage aux participants et aux partenaires pour partager les expériences et les meilleures pratiques sur l’utilisation de la médecine légale, du soutien psychosocial et des activités de commémoration et d’établissement de la vérité communautaires pour soutenir la recherche des familles de leurs proches disparus et contribuer à leur réparation. En outre, elle joue un rôle important dans le renforcement du partage des connaissances et des capacités locales dans les différentes régions, en particulier pour les participants des pays du Sud qui luttent contre des violations des droits de l’homme non traitées ou qui sont actuellement dans des processus de justice transitionnelle. L’Académie met également l’accent de façon intégrée sur les initiatives visant à faire respecter les droits et les besoins des victimes et de leurs familles dans les processus de recherche de la vérité et de la justice et notamment sur les enseignements tirés et les meilleures pratiques en matière d’enquêtes médico-légales dans les processus de responsabilité et de réparation. Deux promotions de l’Académie ont été constituées, l’une en 2019 et l’autre en 2020. La dernière a été organisée en ligne en raison de la pandémie de la COVID-19. Une troisième promotion entrera à l’Académie en 2021.

Objectifs du projet

Renforcer les capacités des activistes et des professionnels du Sud dans le domaine des enquêtes médico-légales

Accroître les connaissances des activistes, des universitaires et des professionnels du Sud sur les outils médico-légaux permettant de localiser et d’identifier les disparus, en mettant l’accent sur les interventions participatives et holistiques.

Établir et maintenir un réseau dirigé par la communauté

Établir et maintenir un réseau communautaire d’activistes, d’universitaires et de professionnels du Sud travaillant sur les questions liées aux personnes disparues.

Apporter un soutien aux projets communautaires

Apporter un soutien à quinze participants par promotion pour entreprendre des projets communautaires liés aux personnes disparues.

Le conflit armé interne au Guatemala a duré 36 ans et a causé la mort d'environ 200 000 victimes, dont 40 000 victimes de disparitions forcées. Sur la photo, on voit l'exhumation de restes humains à Chimaltenango, au Guatemala. Crédit photo : Fundación de Antropología Forense de Guatemala (FAFG - « Fondation d'anthropologie médico-légale du Guatemala » en français)
L'Académie commence généralement par un atelier intensif de 14 jours au Guatemala, organisé par la FAFG et comprenant une étude en laboratoire, des visites de sites d'exhumation et de sites membres de l'ICSC, ainsi que des sessions consacrées au soutien psychosocial des familles des victimes. Les participants au projet apprennent par eux-mêmes comment exhumer des restes humains au Guatemala. Crédit photo : Fundación de Antropología Forense de Guatemala (FAFG - « Fondation d'anthropologie médico-légale du Guatemala » en français)
Les participants au projet apprennent par eux-mêmes comment exhumer des restes humains au Guatemala. Crédit photo : Fundación de Antropología Forense de Guatemala (FAFG - « Fondation d'anthropologie médico-légale du Guatemala » en français)
Les participants de l'Académie se sont également réunis en 2019 pour un atelier de cinq jours au Rwanda afin de se confronter à un autre contexte et d'établir un lien avec un processus de justice transitionnelle plus récent que celui du Guatemala.
Avec la pandémie de la COVID-19 en cours, la GIJTR a adopté un programme en ligne pour la deuxième promotion de l'Académie de médecine légale en 2020.

L'histoire de María Luisa

Partenaire de la GIJTR, la Fondation d'anthropologie médico-légale du Guatemala, présente l'histoire de María Luisa, une survivante du conflit armé au Guatemala, qui a travaillé avec l'organisation à la recherche d'un proche disparu.